À 13 ans, il se pend dans la chambre. Quand son père lit la lettre qu’il a laissée, il fond en larmes !



À 13 ans, il se pend dans la chambre. Quand son père lit la lettre qu’il a laissée, il fond en larmes !

 Daniel Fitzpatrick, un homme de Brooklyn, avait un fils nommé aussi Daniel qui fréquentait l’école Holy Angels Catholic Academy.

La semaine dernière, le fils de Daniel s’est enlevé la vie en se pendant.

Or, en juillet dernier, le petit Daniel avait pourtant adressé un message de détresse sous la forme d’une lettre de suicide et ses professeurs avaient décidé d’ignorer cet appel à l’aide.

inline_13938_57b3187d41114

Voici la lettre originale suivie d’une traduction en français :

« Au début, tout était parfait. J’avais beaucoup d’amis, de très bonnes notes et une très belle vie. Puis, on a dû déménager puis revenir et là, tout a changé.

Mes vieux amis avaient changé et ils ne m’adressaient plus la parole et ils ne m’aimaient même plus.

Ils n’étaient jamais gentils avec moi et j’ai fini par me battre et à me casser un petit doigt.

Ils ont continué et je les ai laissé faire. Même les professeurs n’ont rien fait.

J’ai donc décidé de n’en parler à aucun professeur, sauf à une de mes enseignantes. Elle était la plus gentille et bien qu’au début, elle a voulu m’écouter, elle a fini par me laisser tomber.

Je voulais sortir de ce cauchemar et j’ai prié la direction pour qu’on me sorte de cet enfer. Puis j’ai tout raté et on a fini par m’expulser. »

La mère de Daniel a évidemment réagi à tout cela après la mort de son fils : « Mon fils n’avait pas à mourir pour être entendu. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond avec les adultes en position d’autorité quand les enfants ne peuvent même pas compter sur eux. »

Quant à Daniel Fitzpatrick, le père du jeune enfant disparu, il n’y est pas allé de main morte en commentant le tout : « Vos petits monstres m’ont enlevé mon fils et ils l’ont aussi enlevé à ma femme et ses sœurs. Je ne sais pas quoi dire d’autre à part que je m’ennuie de mon fils. Tout ce que je veux entendre, c’est mon fils qui me dit « bon matin, papa » juste une autre fois pour que je lui dise « bon matin, je t’aime ». J’espère que le souvenir de ce que vous avez fait à mon fils restera à jamais gravé dans votre mémoire pour le reste de votre vie et que vous souffrirez autant que mon fils a souffert à cause de votre mauvaise foi. »

Source : ayoye.com




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments