À 5 ans, une fillette autiste donne une leçon de vie à toute une classe !



À 5 ans, une fillette autiste donne une leçon de vie à toute une classe !

Miriam Gwynne habite en Écosse et est mère au foyer de deux jumeaux de cinq ans: Naomi et Isaac. Mais ils n’ont pas une vie très facile : car les deux bambins sont autistes. Alors, quand Naomi va à l’école pour la première fois, Miriam est particulièrement stressée : réussira-t-elle à s’intégrer ? Ses camarades ne se moqueront-ils pas d’elle à cause de son handicap?
12715761_1060367920652272_2157487618409121370_n

“Comme toutes les mamans, j’étais terrifiée à l’idée que mon bébé aille à l’école toute la journée. Même lorsque je l’ai habillée dans son uniforme je me demandais encore si elle allait être à sa place dans cette école traditionnelle.
J’avais plus de raisons de m’inquiéter que les autres mères lorsqu’elle est partie ce jour-là, incapable de s’habiller seule et ne sachant toujours pas aller au pot, diagnostiquée autiste (…) Ma magnifique fille aux yeux bleus est la soeur jumelle d’un garçon qui a des difficultés encore plus complexes. Il a des tumeurs, une autisme sévère, un caractère très difficile, il est très en retard par rapport aux autres enfants et ne parle pas. Elle doit vivre avec ça à cinq ans, un âge fragile. 
Mais quelque chose a changé quand elle a commencé l’école. Un jour, lors de sa première semaine, l’assistante scolaire m’a dit que ma fille fragile, silencieuse et spéciale avait changé toute la classe sans même dire un mot.
Il se trouve qu’il y a aussi deux autres élèves dans sa classe qui sont silencieux, mais pour une tout autre raison : ils ne savent pas parler anglais. Pour plus de commodité, on a dit à ma fille de s’asseoir à côté d’eux afin que l’assistante puisse les aider tous les trois en même temps.
La maîtresse leur enseignait une leçon et les élèves étaient assis sur le sol. Mon petit bébé était assis et écoutait attentivement avant de retourner à sa chaise. On avait demandé aux élèves de faire un dessin et d’écrire leur nom en haut de la feuille. Alors que tous les enfants ont pris leurs crayons et leurs pinceau, Naomi restait assise. Elle a regardé comment l’assistante bataillait pour aider les deux autres qui n’avaient pas compris la consigne. 
Alors qu’un autre enfant a distrait l’assistante, Naomi s’est levée de sa chaise et est allée vers les deux enfants. Elle a pris le pot d’eau du milieu du bureau et le leur a donné. Et en silence, elle a pris les deux enfants par la main, a pointé du doigt vers leurs noms et a montré ensuite la feuille. Puis elle a pris un crayon et a commencé à écrire tout doucement, en montrant ce que les autres étaient en train de faire. 
Elle a attendu jusqu’à ce qu’ils comprennent ce qu’elle essayait de leur dire et lentement, ils ont commencé à recopier leur nom et à dessiner. Elle les a regardés et a souri. Et c’est seulement à ce moment qu’elle est retournée s’asseoir et qu’elle a essayé d’écrire son propre nom. 
L’assistante pleurait. La maîtresse regardait. 
L’enfant de la classe, qui était la moins à même d’aider les autres, a donné une leçon à tout le monde ce jour-là. L’enfant diagnostiquée avec un handicap de communication leur a en fait montré comment communiquer. 
Vivre avec un frère qui ne parle pas et qui a de graves problèmes lui a appris quelque chose qui a transformé toute sa classe, sans même dire un mot : elle n’a pas besoin de mots pour aider les autres. 
Je m’inquiète toujours. Mais je sais qu’avec tout ce qu’elle vit, elle est capable de transformer des cendres en une chose magnifique. Et je ne pourrais pas être plus fière d’elle.” 
Plus de 20 000 personnes ont été profondément touchées par le geste magnifique de cette petite fille autiste. Son comportement prouve que les enfants qui souffrent de cette maladie ne sont pas si différents de nous. Et surtout, ils montrent qu’ils sont souvent capables de mieux comprendre les autres.




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments