Attentat de Nice: Joël, ce héros belge, qui a sauvé la vie d’une trentaine de personnes après l’attaque



Attentat de Nice: Joël, ce héros belge, qui a sauvé la vie d'une trentaine de personnes après l'attaque

 

Joël est un Belge qui s’est installé à Nice en 2008. D’origine Anversoise, il y a ouvert un restaurant portant le nom de «laFritkot». Ce dernier se situe avenue Georges Clemenceau, pas loin d’où se sont produits les attentats d’hier soir.

À cette époque, Joël ne savait pas qu’un jour, il allait sauver la vie d’une trentaine de personnes…

Joint par téléphone ce matin, notre homme est encore sous le choc de ce qui vient de se produire. «Je n’en reviens toujours pas», nous explique-t-il, la voix tremblante. «Hier soir, alors que j’étais en service dans mon restaurant, j’ai vu des gens commencer à courir dans tous les sens. Il y avait des femmes et des enfants complètement paniqués».

Ignorant ce qui est en train de se dérouler, Joël n’hésite toutefois pas à prendre son courage à deux mains et à leur venir en aide. «J’ai fait rentrer un maximum de personnes et je les ai tous mis dans ma cave», se souvient-il. «Nous avons alors attendu jusqu’à minuit, que les choses se calment. Ensuite, tout le monde est rentré chez soi».

 

Un acte héroïque que Joël considère humblement comme un comportement humain. «Ce que j’ai fait est tout à fait normal», nous dit-il. «Vous savez, quand une telle catastrophe se passe, on ne réfléchit pas et on essaye de venir en aide aux gens comme on peut».

À la suite de cet événement, notre homme a passé sa nuit à appeler ses proches pour savoir si tout le monde se portait bien. «Heureusement, ils sont tous sains et saufs», ajoute-t-il. «Mais j’ai énormément de peine pour tous les autres».

Ce matin, la voix encore tremblante, il a toutefois décidé de rouvrir son établissement. «Pour le moment, je suis chez moi», nous développe-t-il. «Je vous avoue que j’ai peur de descendre dans la rue. Mais il faut que je le fasse!»

Il décidera toutefois de ne pas se rendre sur les lieux de la catastrophe. «Je ne veux pas voir ce qui s’est passé. On a déjà vu assez de choses terribles dans nos vies»…

source




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments