Ce que tout le monde oublie quand on parle de SDF et de Leurs chiens



Ce que tout le monde oublie quand on parle de SDF et de Leurs chiens

 La grande majorité des gens qui voient un SDF ne s’y attarderont pas. Entre les deux options qui s’offrent – ignorer ou reconnaître – la première est plus facile, et les gens ne chercheront donc pas d’alternative. Mark Hovath, fondateur du vlog “Invisible People,” n’embellit pas la réalité :

« Ce n’est pas que les gens sont mauvais, mais si nous avons un contact visuel, ou que nous entamons une conversation, alors nous devrons admettre qu’ils existent et que nous avons un besoin humain fondamental de nous en préoccuper. Mais c’est beaucoup plus facile de se contenter de fermer les yeux et de fermer nos cœurs à leur existence. »

Toutefois, quand un(e) SDF est accompagné(e) d’un animal, tout change. S’un seul coup ils exigent un second regard, parce qu’il y a un chien, un chat, ou un autre animal de compagnie qui « souffre » aussi. Beaucoup blâment ces individus parce qu’ils joignent un animal innocent à leurs misères. La phrase du jour devient : « S’ils sont incapables de s’occuper d’eux-mêmes, comment peuvent-ils s’occuper d’un animal? »

Source: Franco Folini/Flickr
Source: Franco Folini/Flickr

Nous avons du mal à ignorer les animaux, peu importe à quel point l’habitude nous a appris à regarder ailleurs. Dans une société où les animaux n’ont toujours pas les privilèges des humains, ça forme parfois une barrière entre ce que les gens veulent faire et ce qu’ils peuvent faire.

Pets of the Homeless est une organisation à but non lucratif dont le but est d’offrir de la nourriture, des soins vétérinaires et de concentrer les efforts pour convaincre les refuges pour SDF d’autoriser les animaux de compagnie à l’intérieur avec leurs humains. Pour ceux qui ont une belle histoire d’amour avec leurs animaux, ce ne serait pas surprenant d’apprendre que, ayant un choix, presque tous les SDF choisiraient de rester avec leurs animaux plutôt que d’accepter un repas chaud et un lit pour dormir si ça signifie laisser leurs animaux derrière.

Source: jp1958/Flickr
Source: jp1958/Flickr

Avoir des statistiques exacte du nombre de SDF est impossible à cause de la nature fluctuante de cette situation, mais on estime a 5-10% ceux qui ont des animaux, ce nombre pouvant atteindre plus de 20% dans certaines régions.

Source: Adrian Miles/Flickr
Source: Adrian Miles/Flickr

Si les suppositions de certains sont vraies, que les SDF méritent ce qui leur arrive, et qu’ils sont égoïstes d’avoir des chiens et des chats quand ils s’en sortent à peine eux-même, alors pourquoi ils les gardent?

La réponse est assez claire, comme toute personne ayant un quatre-pattes dans la famille le sait : Ils offrent de la compagnie, du réconfort et de la loyauté. Ils offrent aussi chaleur et protection, et pour beaucoup de ces personnes, ils peuvent être la seule raison pour laquelle on leur adresse la parole.

Dans l’article de Danielle Wolffe « 8 Raisons Pour Lesquelles Les SDF ‘Méritent’ D’avoir Un Chien« , elle mentionne quelques points importants:

« L’argent ne définit pas une personne, ce dont elle est capable, combien d’amour elle mérite ou d’où il devrait provenir. La pauvreté n’est pas un trait de caractère. Une personne en difficulté mérite les mêmes connexions intimes que n’importe qui. »

« Plus important, » dit-elle, « avoir de l’argent ne nous donne pas le droit de prendre ces décision à la place des autres – ne nous donne pas une domination exclusive sur les animaux ou les enfants. »

Woffle affirme aussi que les gens qui aiment leurs chiens, ou tout autre animal, trouveront le moyen de s’en occuper, même si ça implique de sacrifier le peu de nourriture ou de biens qu’ils ont.

Source: Revolution News
Source: Revolution News

Comme souligné dans cet article de Micles animaux eux-même tirent avantage du fait de partager la vie d’un SDF. On les sort de la rue, en quelque sorte, et on leur épargne généralement l’abus et l’euthanasie. Pour ces chiens, leurs humains offrent la seule forme de gentillesse qu’ils aient connu; il en est de même pour les chiens dont ils s’occupent.

D’un autre côté, pour le contenu nutritionnel et la fréquence de nourriture, ce n’est pas l’idéal. Les chiens ne reçoivent généralement pas les soins vétérinaires de routine.

La fondatrice et présidente de Pets of the Homeless, Geneviève Frederick, met l’accent sur cette difficulté:

« Ces personnes sont entrain de pleurer, et elles sont désespérées parce qu’elles n’ont rien. La seule chose qui leur reste est la souffrance, et ça brise le cœur. »5

En tant que pays, nous somme face au dilemme ultime – comment, si la majorité des refuges offrant des services sociaux n’accepte pas les animaux, et si la majorité des SDF n’abandonneront pas leurs animaux pour profiter des soins offerts, pourrons-nous commencer à régler efficacement ce problème?

Ça devient une sorte d’effet domino dans lequel nous devons résoudre le problème des SDF et des animaux avant de commencer à les aider vraiment à se remettre sur pieds.

Source: Franco Folini/Flickr
Source: Franco Folini/Flickr

Si, par hasard, vous faites partie de ces milliers d’individus qui se contentent de regarder ailleurs quand vous rencontrer un homme ou une femme, apparemment malchanceux, vous n’êtes pas seul. Vous êtes très loin de l’être. Il en est de même pour ceux qui ne sont pas d’accord avec le fait que les SDF possèdent des animaux, et ce n’est rien aussi. Nous sommes humains après tout.

La bonne chose, c’est que la même chose qui nous rend humain de cette manière nous donne aussi la profonde capacité de compatir et de comprendre, et c’est exactement ce que les groupes comme Pets of the Homeless nous aident à faire.  Si nous commençons à envisager que les animaux donnent à ces personnes autant d’amour et de bonheur qu’ils nous en donnent, alors nous sommes déjà bien avancés.

SOURCE: Barkpost



Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments