Cet homme a pris dans sa maison une fillette de 9 ans après son opération. Un an plus tard, ses parents lui sautent dans les bras.



Cet homme a pris dans sa maison une fillette de 9 ans après son opération. Un an plus tard, ses parents lui sautent dans les bras.

La petite Zubaida Hasan vit avec ses parents dans un petit village reclus d’Afghanistan. En 2001, alors qu’elle n’a que 9 ans, Zubaida est prise au piège par un feu terrible. Ce drame va radicalement changer sa vie. Le feu lui a brûlé le visage et la poitrine.

Twitter/Angry_Bisounours

Ses brûlures sont extrêmement graves : la moitié de son visage a littéralement fondu et fusionné avec son buste. Ses parents l’emmènent alors dans tous les hôpitaux possibles, mais les médecins annoncent qu’ils ne peuvent rien faire pour elle. En 2002, un an après l’accident, son père tente le tout pour le tout en l’emmenant dans une base militaire américaine.

Youtube/Grossman Burn Center

Les soldats sur place se prennent tout de suite d’affection pour Zubaida et sa famille. La petite fille souffre énormément et ne peut ni dormir, ni manger étant donné que sa bouche et ses yeux ne peuvent pas se fermer correctement. La base contacte alors l’un des plus célèbres chirurgiens plastique des États-Unis, Peter Grossman, originaire de Los Angeles. Il se spécialise dans le traitement de brûlures graves. La cas de Zubaida est de loin l’un des plus sérieux auquel il a été confronté.

Youtube/Grossman Burn Center

Accompagnée de son père, Zubaida s’envole alors pour Los Angeles pour rencontrer le docteur Grossman et son équipe. En voyant l’enfant, ce dernier sait immédiatement qu’il doit faire quelque chose pour l’aider. Il estime qu’en tout, la reconstruction du visage de Zubaida va durer trois ans. En effet, cette dernière devrait subir de nombreuses opérations.

Grossman et son équipe lui prélève de la peau du dos pour faire des greffes au niveau du visage et du buste.

Youtube/Grossman Burn Center

Au fur et à mesure des opérations, le chirurgien montre l’étendue de son talent. Les cicatrices ont laissé place à un magnifique visage d’enfant.

Youtube/Grossman Burn Center

Au cours de toutes ces opérations, Grossman s’est attaché à la petite fille. Lorsque le père de Zubaida doit repartir en Afghanistan, Grossman et sa femme décident de garder la petite fille près d’eux pour toute la durée du traitement. N’ayant pas d’enfant, le couple est très heureux de s’occuper de la petite Zubaida qui leur apporte beaucoup de joie et d’énergie.

Youtube/Grossman Burn Center

Zubaida est pétillante et très enthousiaste, de plus c’est une merveilleuse danseuse. Elle apprend l’anglais en seulement 12 semaines au sein d’une école où elle finit par se faire beaucoup d’amis. Elle se met à appeler les Grossman « maman » et « papa ». Elle a subi sa 10ème opération le jour de ses 11 ans. Après une année de traitement au lieu de trois, Zubaida a presque terminé son traitement. Cela a aussi sonné la fin de la vie chez les Grossman.

Youtube/Grossman Burn Center

Les « au revoir » sont difficiles pour tous les trois. Mais le couple sait que Zubaida doit rentrer chez elle. Le docteur Grossman s’envole alors avec elle en Afghanistan pour qu’elle retrouve ses parents. Les Hasan n’en croient pas leurs yeux lorsqu’ils voient leur petite fille pour la première fois après ses opérations. Ils restent sans voix.

Youtube/Grossman Burn Center

Le docteur Grossman n’oubliera jamais sa patiente, ou plutôt sa fille adoptive. « Si j’apprends que tu es mariée à l’âge de 13 ans » dit-il à Zubaida en plaisantant « je te mets un coup de pied aux fesses. » Zubaida se met à rire. Elle et les membres de sa famille seront à jamais reconnaissants de ce que le docteur Grossman a fait pour eux. Il est devenu leur ange des États-Unis.

Youtube/Grossman Burn Center

Voici la vidéo de l’histoire de Zubaida (en anglais) :

Ce que ce docteur a fait est véritablement et purement admirable. Il est allé au-delà de son devoir pour Zubaida, car il ne voit pas ses patients comme des problèmes à régler, mais comme des êtres humains… Un vrai héros !

 

Source




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments