Cette maman est en train d’éplucher les patates lorsqu’elle entend un bruit sourd qui lui coupe le souffle. C’est sa fille.



Cette maman est en train d’éplucher les patates lorsqu’elle entend un bruit sourd qui lui coupe le souffle. C’est sa fille.

 Lorsque Amber Boone, originaire de l’Idaho, couche sa fille de trois ans, Aubrey, elle ne se doute pas un instant qu’elle va vivre un véritable cauchemar. La chambre d’Aubrey dispose de tous les appareils de sécurité pour éviter que l’enfant ne se cogne contre les coins des meubles ou ne trébuche. Pourtant, cette maman oublie de protéger son enfant d’un danger beaucoup plus important et potentiellement mortel.
Quand Amber descend les escaliers pour aller cuisiner, elle entend un bruit sourd provenant de l’extérieur. Ce qu’elle voit est le pire cauchemar de tous les parents : sa fille vient de tomber de la fenêtre et s’est écrasée dans le jardin.

Le voisin de la famille a vu toute la scène, mais n’a pas pu éviter la catastrophe. Sans raison particulière, Aubrey est sortie de son lit et s’est approchée de la fenêtre. Elle s’est penchée un peu trop et a fini par faire une chute. Le voisin, qui a tout vu, se précipite chez Amber et l’avertit du drame qui vient de se produire. En panique, la mère court à l’extérieur et trouve le corps inanimé de sa fillette sur le sol.  Elle est horrifiée !

GoFundMe/Amber Boone

La fillette est transportée d’urgence à l’hôpital où on lui diagnostique une fracture du crâne, un bras cassé et de multiples contusions sur tout le corps. Heureusement, Aubrey a survécu à la chute et ses blessures ont guéri. Elle est aujourd’hui complètement rétablie et bien que cela ait pris du temps, sa fracture au niveau du crâne est presque entièrement guérie.

Mais l’abominable vérité est que cet accident aurait pu être évité. Chaque année, presque des centaines d’enfants chutent par les fenêtres en France. Pourtant, la majorité des parents ne prennent pas de mesures adéquates, peut-être parce qu’ils pensent que fermer les fenêtres suffit à protéger leurs enfants. Mais ajouter des barreaux peut faire la différence entre une pièce en sécurité et une chambre potentiellement mortelle.

On n’est jamais trop prudent avec nos petits bouts de chou, surtout lorsque l’on vit en appartement ou dans une maison à étage. Nous faisons en sorte que nos enfants n’aient pas accès aux objets pointus de la cuisine, aux produits ménagers ou qu’ils ne se blessent pas dans les escaliers, alors pourquoi ne faisons-nous pas la même chose avec les fenêtres ? L’histoire de la petit Aubrey est tragique, mais elle permet de sensibiliser les parents et les inciter à se montrer plus vigilants. Si vous souhaitez soutenir la petite Aubrey, vous pouvez faire un don sur cette page.




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments