Cette maman pleure son petit de 4 ans disparu. 25 ans plus tard un homme frappe à sa porte. Ce qu’il lui dit la fait pleurer de joie !



Cette maman pleure son petit de 4 ans disparu. 25 ans plus tard un homme frappe à sa porte. Ce qu’il lui dit la fait pleurer de joie !

À quatre ans, Saroo, un petit garçon indien, voit sa vie basculer du tout au tout. Pour sa mère, ce sera le cauchemar pendant 25 longues années.

Saroo vit avec ses parents et ses trois frère et soeurs dans un petit village d’Inde. Souvent, il voit sa mère pleurer parce que la vie est dure. Un jour, il part avec son frère aîné Guddu ramasser des pièces dans le train et mendier. C’est alors que son frère s’absente : “Je reviens, reste là”. Saroo s’assoupit, et quand il se réveille, il est tout seul dans le wagon, sans savoir où il est !

Youtube/Google Maps

Saroo ne sait pas lire, écrire ou compter. Il ne connaît pas non plus le nom de sa ville, ni de sa région ni même son nom de famille. Aucun moyen pour lui de joindre ses parents ! À quatre ans, Saroo se retrouve à mendier dans les rues de Calcutta.

Un adolescent remarque Saroo, errant dans les rues et le conduit dans un orphelinat où il est recueilli et considéré comme “enfant perdu”. Heureusement, une famille australienne l’adopte et sa vie prend un autre tour, loin des soucis, du danger… mais également loin de tout ce qu’il connaît et surtout de son papa et sa maman qui lui manquent tant !

Youtube/Google Maps

Pendant ce temps, sa maman cherche ses deux petits garçons de partout, fait des démarches interminables, mais rien. Elle n’a plus que ses yeux pour les pleurer. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais ce n’est pas tout !

La mère adoptive de Saroo accroche une carte de l’Inde dans sa chambre. Comme ça, il sait où sont ses racines. Tous les jours, il se réveille avec cette carte de son pays natal devant lui et ces questions, obsédantes : où est sa famille ? Que sont-ils devenus ?

Youtube/Google Maps

Une fois adulte, et après avoir cherché sa famille pendant des années, il décide d’essayer de la trouver avec… Google Earth ! C’est son seul espoir. Des journées entières, il zoome et dézoome les alentours de Calcutta, espérant retrouver quelque chose de familier.

Youtube/Google Maps

Et un jour, c’est le choc ! Il tombe sur un pont près d’une usine bordant une rivière. Oui, c’est ça, il reconnaît le lieu où il a perdu son frère ! À partir de là, toutes les pièces du puzzle commencent à s’assembler. Sur les images satellite, il repère une fontaine où il s’est blessé il y a de cela vingt-cinq ans. Puis tout s’éclaire. “Ganesh Talai, c’est donc le nom de mon village”.

Saroo se rend en Inde et suit la ligne de train qui mène au village où il est né comme une route qui remonte dans le temps. Un flash-back. Puis un autre.

Youtube/Google Maps

“J’en suis arrivé à pleurer tellement les flash-back étaient puissants” raconte-t-il.

Quand il s’approche de la porte de la maison où il a grandi, son coeur bat à tout rompre. Sa famille le reconnaîtra-t-elle ?

Youtube/Google Maps

Trois femmes se tiennent devant la maison. Celle du milieu se lève, sans dire un mot, s’approche de lui et le serre dans ses bras, reconnaissant immédiatement son petit garçon d’il y a vingt-cinq ans. C’est sa mère. Dans une langue si joliment imagée, elle explique : “La joie dans mon cœur était aussi profonde que l’océan”.

Saroo a de la peine à y croire. Après toutes ces années de recherches, après ce jour où tout petit, il s’est perdu dans la ville tentaculaire si loin de tout ce qu’il connaissait, il retrouve les siens. Presque tous. Malheureusement, sur ces merveilleuses retrouvailles plane une terrible nouvelle : son frère aîné, qui l’accompagnait en cette journée où tout a basculé, a été retrouvé mort sur les rails un mois après sa disparition, écrasé par un train. Malgré la tristesse de cette perte, Saroo se rend compte de la chance qu’il a eue de retrouver les autres membres de sa famille.

Youtube/Google Maps

“C’était une aiguille dans une botte de foin”, témoigne le jeune homme. “Mais l’aiguille était là. Tout était là ! (…) Mais il faut de la volonté et de la détermination pour l’obtenir”.

Maintenant, Saroo envoie de l’argent à sa famille tous les mois pour que sa mère n’ait plus à travailler si dur.

Youtube/Google Maps

Chez nous, les enfants de quatre ans jouent avec leurs copains, font des dessins et cherchent des Pokémon. En Inde, ils cherchent des pièces de monnaie dans des trains pour aider leur famille à joindre les deux bouts. Qu’un tel drame arrive ici est impensable !

Voici son épopée en vidéo (en anglais) :

Saroo a eu de la chance de se faire adopter par des parents aimants, la chance que n’a pas eue son frère. La vie que son aîné n’a pas eue, il la vit à fond et témoigne de son histoire et de la réalité en Inde dans les médias et dans un livre. Pendant des années, leur mère a pleuré deux fils. Mais en fin de compte, dans cette tristesse, elle a eu la joie d’en retrouver un.




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments