Elle publie une photo d’elle avec un bébé mort. La raison va vous briser le coeur.



Elle publie une photo d’elle avec un bébé mort. La raison va vous briser le coeur.

Brittany Denise est une infirmière de l’unité néonatale des soins intensifs. Son travail est de s’occuper des patients les plus petits et les plus vulnérables présents à l’hôpital : les nouveaux-nés. La jeune femme publie régulièrement quelques clichés bouleversants liés à son travail. Récemment, elle a posté cette photo, sur laquelle elle tient un enfant décédé dans les bras, accompagnée des mots suivants :

Facebook/Brittany Denise

« La plupart des personnes savent que je suis infirmière à l’unité néonatale de soins intensifs. Pour elles, mon métier consiste uniquement à nourrir et bercer les nouveau-nés, ce que j’ai parfois le privilège de faire… mais en fait, mon métier va bien au-delà de ça.

Je m’occupe de bébés nés trop tôt pour vivre sans l’aide de la médecine moderne… ils sont souvent placés sous respirateur artificiel, reliés à des tuyaux et doivent recevoir des soins vitaux.

Je dois les surveiller, leur prodiguer des soins et examens, les perfuser et leur donner des traitements.

Je montre aux nouveaux papas comment changer la couche de leur progéniture fragile, pour la première fois.

Je place ces enfants sur le buste des mamans (souvent reliés à plein de tuyaux et de fils) pour la première fois depuis des jours, voire des semaines, sans avoir pu les prendre dans leurs bras.

Je réconforte les mamans qui voient leur bébé si petit et fragile endurer toutes les piqûres, procédures et manipulations que la plupart d’entre nous ne connaîtront même jamais.

Je fête avec les parents chaque petit pas en avant : chaque bilan sanguin positif, chaque gramme gagné ou tube retiré.

Je saute de joie le jour où les parents partent avec leur bébé à la maison après des mois entiers passés au sein de l’unité néonatale des soins intensifs.

Je suis parfois témoin de miracles. Il m’arrive de voir des petits guerriers revenir à la vie et vaincre le sort. Mais parfois je n’ai pas cette chance…

J’aide à réanimer les petits êtres lorsque leur coeur s’arrête de battre et que leur tout petit corps n’a plus assez de forces pour continuer.

Je me torture en pensant à tout ce que nous aurions pu faire autrement alors que les ressources médicales ne sont plus suffisantes.

Je donne leurs petites progénitures fragiles à ces parents pour que ces dernières lâchent leur dernier souffle lorsque la science et la médecine ne peuvent plus rien faire pour les aider à s’en sortir.

Je leur administre des médicaments pour qu’ils quittent ce monde dans le calme et la sérénité.

J’aide à fabriquer des moules et souvenirs que les parents emporteront et chériront pour le reste de leur vie.

Je partage des souvenirs avec les familles, il nous arrive de rire et de pleurer au milieu de tout ça. L’unité devient leur deuxième maison.

Je serre les membres des familles dans mes bras lorsqu’ils sortent de la chambre de leur enfant pour la dernière fois, en espérant que mes mots leur apporteront tout le réconfort dont ils ont besoin.

Je pleure parfois dans ma voiture quand je rentre à la maison. Il m’arrive également de craquer sous la douche ou dans mon lit avant de m’endormir. Puis je retourne au travail m’occuper de toutes ces petites vies précieuses.

Je me repose sur mes collègues, tous les autres infirmiers de l’unité néonatale de soins intensifs aux côtés desquels j’ai la chance de travailler. Je les regarde pour trouver du soutien et m’inspirer de leur savoir et de leur sagesse.

Oui, mon “métier” est d’être infirmière en unité néonatale de soins intensifs. Mais, plus d’une fois, il a prouvé être bien plus que ça. »

 

La puissance des mots de Brittany montrent à quel point le métier d’infirmier est l’un des plus difficiles au monde. Montrez votre soutien à toutes ces personnes qui se dévouent pour les autres en partageant cette histoire extrêmement touchante.

Source




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments