Laura (12 ans), harcelée sur Facebook met tragiquement fin à sa vie !



Laura (12 ans), harcelée sur Facebook met tragiquement fin à sa vie !

 Harcelée, Laura « était acculée et n’a pas su nous exprimer sa détresse », ajoutent ses parents qui veulent sensibiliser les gens aux dangers liés aux réseaux sociaux!

Laura Anzalone, 12 ans, a mis fin à ses jours le 3 décembre dernier pour échapper au harcèlement dont elle faisait l’objet sur internet. Scolarisée au collège Saint-Roch de Ferrière, la jeune fille aurait souffert d’une histoire d’amitié trahie. Enfant rayonnante et sensible, elle n’a rien laissé entrevoir du désespoir qui la rongeait en silence. « C’était une jeune fille vivante, complète… Elle écoutait, elle parlait 

énormément avec tout le monde.C’était la petite Gavroche du coin »

laura2, se rappelle son père, restaurateur à Durbuy. Aujourd’hui, les parents de Laura veulent partager leur histoire pour mettre en garde contre les dangers liés aux réseaux sociaux. « Quant on était gosse et qu’il y avait un problème, on se tapait dessus à l’école et c’était terminé. Aujourd’hui avec internet et les téléphones portables, les enfants sont exposés en continu.Tous les messages que nous avons pu trouver démontrent que Laura était acculée. Elle n’a pas su nous exprimer sa détresse. Les enfants, communiquez avec votre famille, avec ceux qui vous aiment. Parents, parlez avec vos enfants ! »

Pour le père de Laura, les jeunes qui se livrent à des actes de méchanceté sur internet « sont tellement dans leur trip qu’ils ne s’aperçoivent pas du mal qu’ils sont en train de faire. Une parole peut foutre une vie en l’air. Le but des parents est de s’apercevoir quand leur enfant est agressé ou agresseur. Il faut qu’il y ait une prise de conscience des deux côtés. Les parents doivent avoir un regard sur ce que leurs enfants font sur internet, mais avec leur accord, en les laissant vivre. » Les parents de Laura songent à créer une association pour véhiculer leur messages.

Ils envisagent également de porter l’affaire en justice. « J’ai toutes les preuves qu’il y a eu manipulation et que ma fille s’est sentie submergée », poursuit le père de Laura. « Il faut se battre vis-à-vis des gens qui ne sont pas conscients du mal qu’ils peuvent engendrer. » En attendant, des centaines de personnes se sont rassemblées à l’église de Durbuy pour témoigner leur soutien à la famille lors des funérailles ce lundi.




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments