Tout sourire, les touristes s’assoient sur le dos de l’éléphant. Mais ils ne se doutent pas de ce qu’il a dû subir pour ça.



Tout sourire, les touristes s’assoient sur le dos de l’éléphant. Mais ils ne se doutent pas de ce qu’il a dû subir pour ça.

Pour les touristes qui voyagent en Asie, il y a une attraction particulièrement magique que tous les guides recommandent et que tous les visiteurs s’empressent de faire : une balade à dos d’éléphant. Mais derrière cette petite aventure qui a l’air inoffensive se cache une vérité à glacer le sang…

Voici le genre de photos promues par les guides touristiques. Contre une poignée d’argent, on peut monter sur le dos de ce colosse, le tout en pensant faire une bonne action puisque de nombreux sites affirment que le prix d’une balade à dos d’éléphants permet de financer les soins des pachydermes et la préservation de cette espèce. Mais bien souvent, la réalité est tout autre.

Flickr/flashpackinglife

Car l’éléphant est un animal sauvage ! Il existe des installations dans lesquelles les éléphants peuvent vivre tout en étant protégés des braconniers. Mais pour des raisons de sécurité, il est impossible de monter sur leur dos. Alors pour qu’ils se laissent faire, les animaux doivent subir une “procédure spéciale”.

À la fin de cette procédure, ils accepteront de se laisser chevaucher. Leurs gardiens appellent cette procédure “briser”. Et ce mot brutal correspond parfaitement à la réalité. Car avant que les animaux ne soient prêts à vous laisser monter sur leur dos, ils sont littéralement brisés et doivent subir les pires tortures. 

Facebook/FightersAgainstAnimalCruelty

Les éléphanteaux sont séparés très jeunes de leur mère. Ils ont alors entre trois et six ans. Dès le début, ils apprennent à avoir une peur panique de leurs “soigneurs”. Comment ? Ils sont battus, ils doivent rester attachés pendant des jours, et souvent, ils ne peuvent rien boire ni manger de toute la journée. 

Une fois que les éléphants se sont résignés et qu’ils savent qu’ils sont condamnés et ne peuvent rien faire pour sortir de cette situation effroyable, toute leur volonté se retrouve brisée. Et alors, on peut monter sur leur dos ou les utiliser dans des cirques. C’est de cette manière cruelle que les éléphants deviennent des attractions. La pire des conséquences ? Les animaux qui ne deviennent pas fous et parviennent à garder leur volonté meurent souvent lors de la “procédure” car les gardiens préfèrent laisser mourir un éléphant plutôt que celui-ci ne montre à ses congénères comment se défendre. 

Youtube/Edwin Wiek

Les défenseurs des animaux mettent donc en garde les touristes contre de telles attractions et donnent des indices pour reconnaître s’il y a cruauté ou non. Voici un signe qui doit toujours vous alerter : lorsque les soigneurs portent des bâtons et des crochets, c’est pour indiquer aux animaux qu’ils peuvent  être corrigés (comprenez frappés) à n’importe quel moment.

Les éléphants qui sont maltraités portent aussi très souvent des cicatrices sur la tête ou sur leurs oreilles. À ces endroits, leur peau est complètement déchiquetée car ce sont des parties sensibles chez les éléphants. Et les gardiens savent que c’est précisément là qu’ils doivent frapper s’ils veulent les punir. 

Ne participez plus à ce massacre en refusant de faire des balades à dos d’éléphants ! Les pachydermes font partie des êtres les plus intelligents de la planète et les parcs qui proposent de telles activités n’oeuvrent que pour leur destruction. 

Facebook/FightersAgainstAnimalCruelty

Dans la vidéo, vous pouvez voir toute la procédure cruelle que les éléphants subissent. Mais attention, les images sont vraiment choquantes ! 

C’est cruel de voir que ces éléphants sont maltraités et que leur esprit est brisé pour le simple plaisir des humains. Si vous partez en vacances en Asie ou que vous connaissez des gens qui y vont, prévenez-les de ce business macabre ! Et si vous souhaitez que tous les gens de votre entourage connaissent ces pratiques barbares destinées au plaisir des touristes, partagez cet article avec eux !




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments