Un SDF mal traité au Quick du Ville 2 de Charleroi: le statut facebook d’une cliente témoin de la scène fait le buzz



Un SDF mal traité au Quick du Ville 2 de Charleroi: le statut facebook d'une cliente témoin de la scène fait le buzz

Jeudi dernier, en soirée, Wendy Louis était présente au Quick du Ville 2 de Charleroi. Un SDF l’a accostée. Elle lui a donné un billet de cinq euros. Puis elle a assisté à une scène qui l’a choquée. Elle a décidé de relater sur Facebook ce qui s’est passé…

 

Son statut Facebook :

« Je me suis rendue au Quick du Ville 2 vers 22h pour aller consommer comme à mon habitude un de leur bon milkshake. Alors que je faisais tranquillement la file, il y’a une personne SDF qui se dirige vers l’homme qui m’accompagne pour lui demander très gentiment et avec un air peureux, « Une petite pièce pour manger ». Pour manger? Aucun problème voilà 5€ pour lui. Nous regardons la personne SDF se diriger au comptoir et passer sa commande. C’est à ce moment-là que nous observons premièrement l’accueil désagréable du personnel!!! Ah ben oui parce que les personnes SDF ne méritent apparemment pas un sourire et un accueil chaleureux comme ont reçu les clients juste avant.

Bref, ce pauvre homme demande une portion de sauce aux 2 caissières (oui 2 caissières, peut-être pour faire face à ce spécimen étrange?), mais c’est leurs réactions qui me révolte et qui me pousse à écrire ceci !

« BEN VOUS NE POUVEZ PAS PRENDRE DE SAUCE IL VOUS MANQUE 0,70€ HEIN !!! ».

Wow ! Ces paroles ont été dites d’un air tellement… Méchant! Je pense qu’elles n’auraient même pas répondu de cette sorte face à un chien ! Cet homme était déjà en galère pour s’acheter son petit menu et ces dames sans pitié lui lancent une réponse à mes yeux humiliante et sans scrupule aux yeux de tous !!!

Cette scène ne semble choquer aucun client. L’homme qui m’accompagne décide donc d’intervenir « Que se passe-t-il monsieur, il vous manque 0,70 cent c’est ça? Tenez voilà 1€ ».

L’homme SDF, tout gentil et toujours d’un air peureux, fait certes attendre la file derrière lorsqu’il cherche le compte juste pour payer son menu. Mais les 2 caissières commencent à se regarder entre elles avec un air d’impatience, un air hautain, un air de supériorité et d’agacement face à cet homme! ??

Ensuite, l’homme se dirige vers sa table. « Euh monsieur, faut attendre vos frites hein! ». Les femmes semblent trouver cela marrant vu leur sourire et leur réflexion moquerie. « Euh… Ben tant pis hahahahaha ».

Après quelques secondes, la caissière se dirige vers la personne SDF et lui JETTE son plateau sur la table comme un malpropre!!!! ??

MAIS DANS QUEL MONDE VIT-ON !!??

Est-ce que cet homme mérite d’être considéré comme un chien ? Ne peut- il pas être servi avec respect ? Doit-ton lui parler avec un air malsain ??? Doit-on le rendre mal à l’aise à dire hautement qu’il n’a pas assez d’argent? Ne peut-on pas lui offrir cette portion de sauce? Est-il le mal venu au Quick ??? C’est un humain EGAL à nous et en aucun cas INFERIEUR !!!!

Je ne comprends pas pourquoi cette réaction face aux personnes SDF, mais la seule chose que je peux vous dire c’est que voir la manière dont les personnes réagissent, changent de comportement et traitent les personne SDF, me révolte et me brise le cœur !!!!!

Une chose est sure : Je n’irais plus consommer au Quick du VILLE 2 de Charleroi !! ??

Grande HONTE au personnel ! »

Face à ce bad buzz (tout de même déjà près de 60.000 partages ce dimanche matin !), et contactée par nos confrères de RTL, la direction a vite réagi.

«  Quick regrette l’incident qui s’est produit au restaurant Ville 2, à Charleroi. Nous tenons tout d’abord à nous excuser envers la personne concernée, mais aussi envers tous les clients présents dans l’établissement. Le service client est d’une importance cruciale pour Quick, chaque client a droit à un service de qualité », a indiqué Katrien Van Vracem, une représentante de Quick Belgique. Quick a pris contact avec le personnel du restaurant et le nécessaire sera fait afin que ce type de situation ne se reproduise plus ».

Source: lanouvellegazette.be




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments