Une femme rampe à travers un trou entre deux immeubles. Lorsque les gens voient ce qu’elle ramène, ils sortent tous leur caméra.



Une femme rampe à travers un trou entre deux immeubles. Lorsque les gens voient ce qu’elle ramène, ils sortent tous leur caméra.

 Les habitants de Khabarovsk en Russie, l’appelle le « prisonnier d’Azkaban » ou le « détenu du château » depuis des années. Or, l’histoire qui se cache derrière ses surnoms est extrêmement triste : celle d’un chien pris au piège dans une cage de béton pendant des années entières. Pour des raisons encore inconnues, tous les habitants d’un quartier de la ville de Khabarovsk savaient qu’un chien était bloqué dans un trou entre deux immeubles et aucun d’eux n’a fait quoi que ce soit pour lui venir en aide, et ça a duré plus de trois ans…

Youtube/VestiKhabarovsk

Il semblerait que quelqu’un ait voulu se débarrasser de l’animal alors qu’il était encore chiot. Pour ce faire, le propriétaire l’a jeté dans un trou entre deux immeubles. Le chiot est si effrayé qu’il n’ose pas sortir de son trou. Les habitants du quartier l’entendent pleurer et aboyer, mais aucun ne prend l’initiative de venir en aide à l’animal en détresse. Ils se contentent de lui jeter à manger de temps à autre. Grâce à ces rations et à l’eau de pluie, le chien parvient à survivre entre les murs sombres de sa cage de béton. Au début, c’est la peur qui l’empêchait de mettre le nez dehors, plus tard, c’est sa taille qui ne lui permet pas de s’extraire du trou noir dans lequel il vit. Il est prisonnier.

Après presque neuf ans d’emprisonnement, les défenseurs des droits des animaux apprennent la terrible histoire de ce chien et décident de tout mettre en oeuvre pour lui sauver la vie. Pour ce faire, ils ont besoin d’agrandir le trou entre les immeubles, or il leur faut demander l’autorisation au conseil municipal de la ville. Les défenseurs se retrouvent vite dans une impasse car l’administration ne semble pas prête à donner son autorisation. Le temps passe et la bureaucratie fait la sourde oreille. C’en est trop pour les activistes qui décident de braver les lois et sauver l’animal avec ou sans permis officiel. Leur justification est simple : les habitants du quartier sont agacés par les jappements et pleurs incessants du chien et menacent de le tuer. Les jours du chien sont comptés.

À court de temps, les activistes s’emparent d’outils et se mettent au travail. Pour éviter les dégâts, ils agrandissent à peine le trou entre les deux immeubles de façon à ce qu’une jeune femme extra mince puisse ramper à l’intérieur.

Elle parvient à entrer dans la prison sombre du chien et à lui passer une laisse autour du cou. Le reste des activistes tiennent la laisse et tentent d’extirper l’animal qui apparait à la lumière du jour pour la première fois ! Le chien est terrifié et complètement paumé, mais malgré tout ça, il semble être en bonne santé. Les activistes sont bienveillants avec l’animal et essaient du mieux qu’ils le peuvent de le rassurer. Ces derniers décident d’appeler le chien « Volya », qui veut dire « liberté » en russe.

La porte-parole de ce groupe de défenseurs des droits des animaux, Daria Stepantsova, a sauvé de nombreux animaux dans sa vie, mais la situation de Voyla l’a faite craquer ! « C’était incroyablement étroit. J’avais du mal à respirer et il y avait du béton partout. Il a fallu que je me débatte pour m’extirper à mains nues. À un moment, je me suis sentie complètement claustrophobe et je me suis dit que j’allais restée coincée. C’était si serré que je ne pouvais pas bouger la tête. J’ai eu des égratignures partout et les habits foutus, mais ça en valait complètement la peine ! »

Daria publie quelques photos de son corps égratigné et de ses habits déchirés afin de montrer aux personnes à quel point sa mission de sauvetage a été compliquée. Elle assure qu’elle n’hésiterait pas une seconde à recommencer si c’était à refaire. Elle partage également un point de vue intéressant sur la situation : « Peut-être que les gens arrêteront de me donner à manger parce qu’ils pensent que je suis trop maigre », dit-elle sur le ton de la rigolade.

ok.ru/Viknika Brend

L’histoire de Volya a fait énormément de bruit et a même été relayée par la chaîne d’informations locale. Cela a permis de trouver une nouvelle maison à l’animal où elle peut enfin connaître l’amour et l’affection. En espérant que Voyla vive une vie heureuse et pleine de joie. Après avoir vécu dans le noir, elle mérite bien ça !

Source: http://www.feroce.co/




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments