Une fillette qui a une leucémie écrit une lettre bouleversante



Une fillette qui a une leucémie écrit une lettre bouleversante

Cette histoire montre à quel point le fait d’être constamment occupé par nos soucis nous empêche de remarquer que les gens autour de nous peuvent souffrir. Mais une petite fille a ouvert les yeux de cette femme.  

“Elle avait 6 ans la première fois que je l’ai rencontrée. C’était sur une plage, qui se trouve à 5 ou 6 kilomètres de ma maison. Je vais toujours à la plage quand je n’en peux plus et que j’ai l’impression que le monde autour de moi va s’effondrer. La fillette construisait un château de sable ou un truc dans le genre. Quand elle m’a regardée, j’ai vu ses yeux qui étaient bleus comme la mer. 

Bonjour” a-t-elle dit. J’ai répondu d’un mouvement de tête, pas vraiment d’humeur à m’embêter pour un enfant. “Je construis”, a-t-elle continué. “Oui je vois. Qu’est-ce que c’est ?  » ai-je demandé, indifférente. “Oh je ne sais pas. J’aime seulement la sensation du sable,” a-t-elle répondu. Ça a l’air bien, ai-je pensé, et j’ai enlevé mes chaussures. Un oiseau est passé en planant au-dessus de nous. “Ça porte bonheur”, a dit la fillette. “Ma maman dit que les bécassines portent bonheur.” Puis l’oiseau a continué à sillonner la plage. “Adieu le bonheur, bonjour les ennuis”, ai-je murmuré dans ma barbe. Puis je me suis tournée et j’ai marché. J’étais déprimée. Ma vie avait l’air d’être anéantie. “Comment tu t’appelles ?  » a demandé la fille, qui ne voulait vraiment pas abandonner. 

Ruth. Je m’appelle Ruth Petersen”.

Je m’appelle Wendy…j’ai six ans.” 

Bonjour Wendy”, ai-je grommelé. 

Elle a gloussé : “Tu es drôle.

Malgré mon humeur, j’ai rigolé aussi. Et son petit rire musical a suivi.

Revenez, madame Petersen”, a-t-elle dit. “Comme ça, nous pourrons passer une autre journée de bonheur.

Twitter/Joaquin Baldwin

Les semaines suivantes ont été très stressantes et chargées : les scouts, les réunions de parents d’élèves, et ma mère malade. Un matin que le soleil brillait, j’ai soudain arrêté l’aspirateur. “J’ai besoin d’une bécassine”, me suis-je dit, puis j’ai pris ma veste et suis partie pour la plage. Le son des vagues et l’odeur du large m’attendaient. Il y avait une brise fraîche, mais j’ai continué, pour essayer de retrouver le moment de sérénité et de bonheur dont j’avais besoin. J’avais complètement oublié la fillette et fut toute surprise lorsqu’elle est revenue. 

Bonjour ! Tu veux jouer ? « 

“À quoi tu veux jouer ? » ai-je demandé, un peu embêtée. 

Je ne sais pas. C’est toi qui choisis ! »

Et si on jouait aux charades ? “ ai-je proposé sarcastiquement. 

Elle a explosé de rire. “Je ne sais pas ce que c’est ! »

Alors pourquoi on ne marcherait pas, tout simplement” ai-je suggéré. J’ai remarqué à quel point elle était mignonne. “Où habites-tu ? »

Par là” a-t-elle dit, en pointant son doigt sur les maisons de vacances. 

Bizarre d’habiter là en hiver, me suis-je dit. “Où se trouve ton école ? »

Je ne vais pas à l’école. Maman dit qu’on est en vacances.” Elle a continué à bavarder tout au long de notre promenade sur la plage. Mais je pensais à autre chose. Quand je l’ai laissée pour rentrer à la maison, Wendy a dit qu’elle avait passé une journée de bonheur. Étonnamment, je me sentais mieux, et je lui ai souri, pour montrer que, moi aussi, j’avais passé une belle journée. 

flickr/Joshua Smith

Trois semaines plus tard, je me suis précipitée à la plage alors que j’avais une crise de panique. Je n’étais pas du tout d’humeur à papoter avec Wendy. J’ai vu sa mère sur le porche de la maison et j’avais envie d’aller la voir pour lui dire de garder son enfant chez elle. Mais quand Wendy est arrivée pour me saluer, je lui ai dit “Écoute, si ça ne te dérange pas, j’aimerais mieux rester seule aujourd’hui.” Elle était anormalement blanche et essoufflée. “Pourquoi ?  » a-t-elle demandé.

Je me suis tournée vers elle et j’ai crié : “Parce que ma mère est morte ! » et j’ai tout de suite pensé : oh mon dieu, qu’est-ce que je suis en train de dire à une fillette ?

Oh”, a-t-elle dit. “Alors c’est un jour de malheur.

Oui, j’ai répondu, et c’était pareil hier et avant-hier ! Oh et puis zut, vas t’en ! »

Ça t’a fait mal ? » s’est-elle enquis ?

Qu’est-ce qui m’a fait mal ? » Elle m’exaspérait.

Quand elle est morte ? »

Bien sûr que ça fait mal !!!  » ai-je répliqué d’un ton sec, puis je suis partie. 

Environ un mois plus tard, je suis revenue à la plage. Mais Wendy n’était pas là. Je me suis sentie coupable, honteuse et je devais admettre qu’elle me manquait. Alors j’ai rassemblé mon courage et après ma promenade, je suis allée chez elle et j’ai frappé à la porte. “Bonjour” ai-je dit. “Je suis Ruth Petersen. Votre fillette m’a manquée aujourd’hui et je me demandais si elle était là.”

Oh bien sûr, Madame Petersen. Entrez. Wendy parlait souvent de vous. Je suis désolée de l’avoir laissée vous déranger. Si elle vous a ennuyée, je vous présente mes excuses.”

Non pas du tout, c’est une enfant charmante” ai-je dit, réalisant soudain que je le pensais vraiment. “Où est-elle ? « 

Wendy est morte la semaine dernière Madame Petersen. Elle avait une leucémie. Peut-être ne vous l’avait-elle pas dit.

Je suis restée sans voix et j’ai cherché une chaise à tâtons. J’en avais le souffle coupé. 

Elle adorait cette plage, alors quand elle a demandé si on pouvait venir ici nous n’avons pas pu dire non. Elle avait l’air d’aller tellement mieux ici et avait beaucoup de ce qu’elle appelait des “jours de bonheur”. Mais les dernières semaines, sa santé s’est rapidement détériorée…” sa voix a faibli. “Elle vous a laissé quelque chose. Je vais le chercher. Voulez-vous bien attendre un moment ?

J’ai dit oui de la tête alors que mon esprit cherchait rapidement quelque chose à dire, n’importe quoi,  à cette jeune mère. Elle m’a donné une enveloppe sur laquelle un P était gribouillé. À l’intérieur, il y avait un dessin aux couleurs vives : une plage jaune, une mer bleue, et un oiseau marron. En-dessous, il y avait écrit : 

“Une bécassine pour te porter bonheur”

Des larmes ont coulé sur mes joues. Et mon coeur, qui avait presque oublié ce qu’était l’amour, a explosé. J’ai pris la mère de Wendy dans mes bras. “Je suis tellement, tellement désolée” ai-je répété sans m’arrêter, et nous avons pleuré ensemble. 

Ce petit dessin est maintenant encadré et est accroché dans mon bureau. Six mots – un pour chaque année de sa vie – qui me rappellent l’harmonie, le courage et l’amour inconditionnel. Un cadeau d’une fillette qui avait les yeux bleus comme la mer, les cheveux blonds comme le sable, et qui m’a fait don de l’amour. 

Twitter/peepholes 2 the world

Cette histoire fait vraiment réfléchir. Les derniers mots sont tellement importants, surtout parce qu’on ne sait jamais quand on pourra les prononcer. Le message de la petite Wendy a aidé cette femme à avoir une vie heureuse et joyeuse. 




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments