Une triste et belle histoire de ce bébé n’a vécu que 15 heures



Une triste et belle histoire de ce bébé n’a vécu que 15 heures

 Abbey Ahern, une américaine de 34 ans, a le choix entre avorter ou porter sa grossesse à terme. Mais là où la majorité des futures mamans aurait choisi de ne pas garder l’enfant, Abbey, elle l’a fait. Sa motivation: pouvoir vivre quelques heures auprès de son bébé et faire un don d’organe par la suite. « Le choix le plus difficile de ma vie », confiait-elle.

Au total, la petite famille aura vécu 14h et 58 minutes ensemble avant que la petite fille, qu’ils avaient prénommée Annie, ne ferme les yeux pour toujours. « Pour nous, même au milieu de tant de chagrin, nous avons eu la chance de pouvoir voir tant de beauté », expliquait la jeune maman. « Et le don d’organe m’a permis de surmonter cette épreuve car je savais que grâce à ma fille, de nombreuses autres vies allaient être sauvées »

Une décision qui lui a été possible grâce au soutien de son mari. Car, dans son entourage, de nombreuses personnes ont essayé de l’en dissuader. « Beaucoup de personnes nous demandaient si nous étions sûrs de notre choix », confiait Abbey. « Même mes propres soeurs m’ont dit que nous étions fous de vouloir faire naître ce bébé ».

Mais le choix d’Abbey et de son mari, Robert, est fait. Et personne ne pourra les faire changer d’avis. « Lorsque nous avons appris que notre bébé ne survivrait pas, nous avons tout de même choisi d’en connaître le sexe », développait la jeune maman. « Et quand nous avons su que c’était une fille, nous lui avons donné un prénom: Annie. Notre objectif était de lui donner une identité. Car nous savions qu’elle avait un but, même si elle n’était pas faite pour ce monde ».

© Facebook.

C’est donc accompagnés de leurs deux autres enfants, Dylan, sept ans et Harper, cinq ans, que les jeunes parents ont accueilli la petite Annie. »Je lui avais tricoté un petit chapeau et des chaussons pour que nous puissons faire quelques  photos avec elle lors de sa naissance », expliquait Abbey. « Ses soeurs lui ont également fait quelques petits cadeaux. Mais je ne vous cache pas que l’accouchement a été vraiment difficile car on ne savait pas combien de temps elle allait vivre ».

Lors de sa naissance, la petite Annie ne pleurait pas beaucoup. Le corps médical a d’ailleurs dû très vite lui donner de l’oxygène pour qu’elle puisse respirer. Mais qu’importe, elle était là. Vivante. « Je l’ai ensuite prise dans mes bras et je l’ai couverte de bisous. Elle a passé toute la journée avec nous. J’étais tellement heureuse de l’avoir près de mois avant qu’elle ne décède. Je peux donc dire que toute la courte vie d’Annie a été remplie d’amour, de joie et de paix ».

A cause du niveau d’oxygène trop bas, les organes du bébé n’ont pas pu être transplantés mais ils ont toutefois été utilisés pour la recherche. De cette tragédie, la maman en ressort plus forte et conclut avec une phrase qui devrait tous nous faire réfléchir: « L’histoire d’Annie est une histoire d’espoir. Je pense qu’il faut montrer aux gens que, dans une tragédie, il peut toujours y avoir de la beauté ».

La jeune maman a d’ailleurs créé une page Internet en l’honneur de sa fille.

Source: DailyMail.




Partagez cet article avec vos amis:


Partager

Comments

comments